Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Candidette à Journalism-Land
  • Candidette à Journalism-Land
  • : Blog pas très sérieux d'une Candidette (féminin de Candide) qui s'éclate à Journalism-land, cet univers impitoyable. Au programme: splendeurs et misères du métier, stages et premiers boulots, coups de coeur et coups de gueule, commérage et babillage sur les médias, tout ça avec une bonne dose d'optimisme et de jovialité.
  • Contact

Liens

26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 19:10

Dans une chronique sur Europe 1, l'humoriste Mathieu Madénian, qui s'attaquait une fois à la biographie de Jean-Luc Reichmann, revenait sur l'époque de son morning sur la radio RFM dans les années 90. Et il avait donc imaginé ce que pouvait être la vie sociale d'un animateur de radio qui se lève à 4h du matin. « Oé bon les gars, je finis à 11h, RDV chez moi pour un apéro dînatoire à 14h, ensuite j'ai réservé au Macumba pour 16h, et on va faire la teuf jusqu'à 20h, youhou ! ». Mais j'ai envie de dire, oui, tu peux rire. Tu as la vie sociale d'une huître quand tu travailles en horaires décalés, il faut s'y faire. Je me demande quelle vie William Leymergie, qui présente Télématin depuis 1985 quand même le mec, donc depuis que je suis née, mène. Moi c'est mon cas depuis mars et je tiendrai pas 27 ans, ça c'est sûr. J'ai une grande admiration pour tous ces journalistes des matinales, qui doivent sauter du lit genre à 3h, pour apparaître en direct à 6h au top de leur forme, frais et dynamiques, la voix franche et le regard alerte. Moi je bosse pas à la matinale de Canal +, non, même si je passe tous les jours devant l'immeuble de Canal +, mais dans une société de veille de presse du 92 qui tourne 7 jours/7 et de 5h à 23h. Enfin je dis ça, mais franchement, je kiffe mon taf. Je suis payée à regarder la télé et écouter la radio, alors je me plains pas. Enfin on reviendra sur tout ça dans un autre article. En tout cas le seul défaut que je lui trouve, à ce boulot, c'est le réveil en plein milieu de la nuit. Juste ça. Je fais 6h-13h30 du lundi au vendredi, et je m'y fais pas. Sinon, tout va bien.

 

4h30, mon réveil sonne. Même les coqs se lèvent pas aussi tôt. Si l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, alors jackpot pour moi. La tête dans le brouillard, je me dirige dans la cuisine, allume la mauvaise plaque pour faire chauffer l'eau (celle sur laquelle y'a pas la casserole avec l'eau) et m'en rends compte au bout de 5 minutes. Oui bon en fait je dis ça pour vous faire marrer, mais ça ne m'est arrivé qu'une fois, je suis une sacrée gaffeuse, mais y'a des limites. Je pourrais faire comme certaines collègues, me lever à 5h pour partir à 5h35-40, surtout que j'ai déménagé et que j'habite plus près. Je pourrais la jouer à top chrono, t'as 3 minutes pour te laver, 1 minute pour te brosser les dents, 30 secondes pour mater la météo, 10 pour te gratter les fesses... mais j'ai une excuse béton : j'aime pas me spider comme une dingue le matin, et là, c'est même pas le matin, c'est carrément encore la nuit. Si tu me demandes « mais pourquoi tu te lèves pas plus tard, genre 4h45, 5h ? », je vais me lancer dans une dissertation de ouf pour te convaincre que j'ai vraiment besoin d'au moins 1h pour me préparer le matin et que finalement ça m'avancerait pas tant que ça de dormir une demi-heure de plus, surtout si c'est pour arriver à labourre. Donc ne me demande pas et tu seras épargné de cette dissertation bidon, parce qu'on s'en fout. 

Reveil-difficile.jpg

 

Mais voilà, tout ça pour dire que le réveil à 4h30 ou 5h du mat quand à l'origine on est une marmotte amatrice de grasses mat, c'est très très douloureux. Sans compter que l'être humain n'est pas fait pour se lever avant le lever du soleil et se coucher avant son coucher, c'est prouvé scientifiquement, si si. C'est donc une expérience très détraquante biologiquement parlant, surtout pour les pauvres marmottes qui aiment dormir. Mon père, à présent retraité, a fait les trois 8 durant une bonne partie de sa carrière, et donc se coltinait souvent du 5h-13h. J'ai bossé 3 semaines dans son usine un été quand j'étais étudiante, et on m'a collé ces horaires-là. Un jour, je me suis endormie dans les toilettes à 7h du mat. Pour tenir la route, il faut se coucher plus tôt que les poules. Maintenant, c'est ce que je fais. Durant le premier mois, tout le monde se tapait mon répondeur après 20h, sur lequel je signalais joyeusement à mon interlocuteur que « si tu tombes sur mon répondeur après 20h, c'est normal, je dors, car eh oui, je me lève à 4h... ». C'était efficace puisqu'en effet, depuis, plus personne m'appelle après 20h, plus personne me propose rien le soir, je vais plus au cinéma à la séance de 20h, ni en afterwork le jeudi soir. En gros, en semaine, j'ai la vie sociale d'une huître, voilà, c'est comme ça. Dans ma petite équipe du matin, j'ai des collègues qui se couchent à 22h, voire 23h. Moi si je fais ça, je fais un coma sur mon PC. Y'en a qui prennent pas de petit-déjeuner. Moi si je fais ça, j'appelle « Action contre la faim » dès 7h. Y'en a qui carburent au café. Moi le café, ça me fait rien du tout. Si je dors pas au moins 7 heures, je suis à la limite de faire comme un collègue, qui s'endort. Un jour, il a tapé une sieste de 5 minutes sur son poste, et s'est mis à ronfler. Une autre, qui bosse du mercredi au dimanche, commence sa semaine en ayant dormi 2 ou 3h la nuit du mardi ! Mais... mais... moi si je fais ça, tu me vois même pas, mon gars ! Je me lève pas, c'est mort. Faut appeler le SDI (le Samu des Dormeurs Indécrottables). Et donc cette collègue, qui ne dort que 3h le mardi, m'a demandé : « Et toi, c'est pas trop galère le dimanche soir, pour dormir ? ». Et alors, là, j'ai du révéler mon terrible secret : - En fait, je me drogue. Là, elle a écarquillé les yeux.

 

Oui, voilà, vous le savez maintenant, je me drogue. Mais comme la coke, c'est mal, j'ai du lui préférer les somnifères. C'est vrai que la coke me permettrait de réaliser tous mes rêves puisque je pourrais me contenter de dormir 2h par nuit voire pas du tout, et je serais une hyper-active qui ferait plein de trucs de fous de 14h à pas d'heure. Je pourrais écrire comme pigiste en parallèle pour 36 magazines, être de toutes les conférences de presse, de tous les rendez-vous VIP et produire tout plein de magnifiques reportages. Je pourrais lire 10 bouquins par semaine, écrire un roman en 3 mois, taper des footings à 4h du mat, me coltiner 10 heures de muscu par semaine pour me faire les cuisses d'une athlète en 2 mois, faire la teuf tout le week-end sans avoir besoin ensuite de 3 semaines pour m'en remettre... je pourrais en faire, des choses, dis donc. Je pourrais même aller m'acheter du parfum à Sephora sur les Champs-Elysées à 23h si l'envie me prend, tiens par exemple.

Mais bon, pour ne pas attenter à ma santé ni choquer l'opinion publique, et parce que je suis une fille sage (si si) j'ai choisi la version « Mamie Coco » (un petit surnom qu'on me donne de temps en temps). C'est-à-dire que Donormyl, le partenaire de vos nuits tranquilles, est devenu mon meilleur ami. Je n'en suis pas spécialement fière, mais voilà, entre 19h30 et 20h, je me jette dessus comme un clodo sur sa bière, et je me sens rassurée. Là, je suis sûre de dormir dans la demi-heure qui suit. Ne suivez pas mon exemple, car se droguer, quelle que soit la drogue, ben c'est mal. Mais faut que je l'avoue, c'est grâce à ce fidèle ami que je débarque au boulot peut-être la tête dans le cul comme tout le monde, d'accord, mais ponctuelle, quand même d'attaque, habillée, coiffée et pomponée normal comme vous qui commencez à 9h, de bonne humeur et prête à produire 36 séquences à la minute. Enfin j'exagère là mais bon je suis au taquet quoi. Parce que bon faut pas déconner, c'est pas parce qu'on commence à 6h du mat que c'est une excuse pour arriver comme les mecs de « Youpi Matin », complètement à côté de la plaque, genre en pyjama, avec la tronche de Charlize Theron dans « Monster », la coupe de Sangoku, la barbe de Ben Laden et l'humeur de Cruella Diablesse, mais vraiment genre « bon il est 6h, c'est trop dur la vie, alors il faut pas trop m'en demander ». Oui au fait Youpi Matin, vous connaissez ? C'est un sketch des Inconnus, parodie de Télématin justement, qui m'a bien fait poiler et auquel m'a renvoyé une amie en me disant : - ça te parlera. Gagné. 

 

Alors maintenant moi je dis quand même bravo à la catégorie la plus brave des travailleurs de l'extrême-matin, ceux qui arrivent au boulot sans la trace de l'oreiller sur la tronche, frais et pimpants, qui ont dormi quelques heures à peine parce qu'ils ont nourri et couché leurs gosses à 20h, maté « Les Experts » à 21h, lu 50 pages d'un roman à 23h et fait des galipettes avec leur conjoint à minuit, et qui le lendemain arrivent le ventre vide au taf et ne mangent rien pour autant avant midi... Eh ben ceux-là, je leur tire mon chapeau. Enfin bon, il faut conclure. Je me lève à 4h30, je suis claquée, mais sinon, tout va bien. Au début j'ai cru que j'allais pas y arriver. Je m'écroulais dès que je rentrais chez moi. Maintenant, je vis normalement l'après-midi. J'ai écrit ce billet au soleil dans un parc pendant que vous étiez encore au bureau. Hier, je mangeais un yaourt glacé en terrasse à 16h de l'aprem. Et toc ! Tout ça pour dire à ceux que j'ai entendus s'exclamer : « Moi, je pourrais pas à ta place ! » que, si une vieille marmotte atteinte de dormite aiguë dans mon genre peut le faire, c'est que c'est pas mission impossible.

Partager cet article

Repost 0
Published by Léna M. - dans Potins de boulot
commenter cet article

commentaires

Alexis 26/01/2017 08:33

Tu commences à 6h mais tu te plains pas à mon pauvre moi je commence à 4h du matin

Jérém 08/12/2013 19:42

Eh bien...j'aurais pas dit mieux tiens !
C'est joliement dit.
Mais on continu de se lever à 04h30 quand même^^.
Faut bien bosser dans ce monde de brute :/